C’est ainsi que l’on pourrait aujourd’hui résumer, de façon lapidaire et un peu sibylline, la situation de la ‘Maison Saint Dominique’ du vicariat d’Haïti de la province dominicaine de Toulouse.
Cette ‘Maison’, après un temps de mise en sommeil, renaît en quelque sorte de ses cendres, tel le phénix.
Ce n’est pas encore un couvent, car selon les constitutions de l’Ordre des Pêcheurs, autrement dits ‘dominicains’, il faut un minimum de 6 frères. En dessous de ce nombre on parle de ‘Maison’, en latin ‘domus’. Une ‘Maison’ de dominicains, tout comme un couvent, est constituée de frères dominicains, Lapalisse n’en disconviendrait pas. De frères dont « la première raison d’être rassemblés en communauté, c’est d’habiter ensemble et d’avoir en Dieu une seule âme et un seul cœur. » (Livre des Constitutions ou LCO n° 2) Ce n’est pas un mince défi que ce propos de vie commune, quand on sait que trois des membres de la maison sont des natifs d’Haïti, qu’un est français de souche et que le dernier est espagnol mais ayant vécu plus de trente ans en France. L’ensemble de cultures et de caractères divers pourrait sembler baroque, s’il n’y avait la Règle de Saint Augustin et les Constitutions des Prêcheurs pour définir le propos de vie et assurer la cohésion de l’ensemble au-delà des différences : « Car l’Ordre des Frères prêcheurs fondé par saint Dominique fut, on le sait, dès l’origine spécifiquement institué pour la prédication et le salut des âmes. » (Constitution fondamentale)

Cependant ces cinq frères qui constituent la ‘Maison Saint Dominique’, n’avaient pas  où loger ensemble en arrivant en Haïti à l’automne 2008. Sous quel toit abriter une ‘Maison’ de frères, puisque le terrain promis en donation pour construire le couvent de formation n’est pas encore immédiatement disponible.
Où loger notre ‘Maison’ ? Sinon sous un toit d’une maison de Sœurs, à Port au Prince.
Logique, ne vous semble-t-il pas ?
De fait ce sont les Sœurs de Saint Joseph de Cluny qui, depuis milieu octobre, offrent généreusement un toit à une ‘Maison de Frères prêcheurs’. Et avec quelle joyeuse et simple délicatesse !
Notre communauté est ainsi hébergée actuellement près de la maison provinciale des Sœurs de Saint Joseph de Cluny, filles de la bienheureuse Anne-Marie Javouhey. Et c’est une belle et délicieuse expérience de charité fraternelle.
Ajoutons que la dite maison provinciale jouxte le noviciat des sœurs qui lui-même communique avec le collège Sainte Rose de Lima tenu par les dites sœurs. Noviciat et collège offrent ainsi aux frères un champ de ministère d’enseignement et de catéchèse tout proche.
Cela ne limite pas pour autant le champ apostolique de la ‘Maison Saint Dominique’, car plusieurs frères ont aussi des ministères de catéchèse, chez les frères du Sacré-Cœur ou les Salésiennes, d’enseignement au CIFOR, à l’Archevêché de Port au Prince, et de soutien liturgique à des communautés ou des paroisses.
Les démarches en vue de la donation d’un terrain à notre Province de Toulouse par la famille Rizk sont sur le point d’aboutir. Il faudra alors songer rapidement dans un premier temps à réaménager et augmenter d’un étage deux petites maisons situées sur le terrain afin de pouvoir accueillir en août-septembre la communauté, qui pourrait se voir renforcer par deux ou trois frères. Les esquisses de cette première opération sont pratiquement achevées.
S’il plaît à Dieu, nous continuerons et étendrons notre ministère notamment avec des groupes de formation biblique et catéchétique, et les Equipes du Rosaire que deux frères ont déjà commencé à initier en plusieurs endroits.
Et s’il plaît toujours à Dieu, nous entrerons dans le vif du projet de  construction d’un couvent pour les frères, comportant : chapelle de 300 places, salle de conférence, bibliothèque et tous les lieus communs et réguliers d’un couvent, salle du chapitre, cellules (du latin cellula : petite chambre), réfectoire, etc.

Quelques photos vous offrent une idée de la ‘fine équipe de construction’ composée des cinq frères, de leur lieu actuel d’hébergement, et de la future implantation du couvent sur les hauts de Port au Prince, à Peggyville.

Au risque de paraître très conventionnel, doit-on rappeler que l’Ordre des Frères prêcheurs est un ‘ordre mendiant’ qui vit et compte, pour une très grande part, sur la générosité d’amis et bienfaiteurs… Et ici, plus que jamais !
C’est si commun aujourd’hui et vous êtes tellement sollicités de toutes parts, dans un contexte économique bien sombre, que nous aurions mauvaise conscience à le rappeler ici, s’il n’y allait de l’épanouissement d’une œuvre qui dépasse les seuls frères prêcheurs, mais qui se veut au service de l’Eglise qui est en Haïti, un pays dont vous savez les grandes difficultés politiques, économiques, un pays souvent battu par les cyclones, mais un pays riche d’une population jeune, désireuse de formation et de vie chrétienne intense, fervente.
Les Frères prêcheurs, dits ‘Dominicains’, ne sont pas les seuls à œuvrer ici. Il y a une multitude de congrégations et d’instituts religieux au service de l’Eglise qui vit en Haïti, dont un bon nombre venus de France, Frères de l’instruction chrétienne de Ploërmel, Sœur de la Charité de Saint Louis, Père de Saint Jacques de Landivisiau, etc. sans parler de congrégations nées sur cette terre.
Pour sa part l’Ordre des Frères prêcheurs désire continuer d’offrir sa contribution, selon son charisme propre déjà apprécié par beaucoup ici, et aujourd’hui fortement encouragé par Mgr Joseph-Serge Miot, archevêque de Port au Prince. Mais ce charisme, au service de l’Eglise locale, ne  pourra s’épanouir sans vous, sans votre prière et vos multiples formes de soutien. Merci pour tout ce que vous consentirez d’aide à notre projet de couvent de formation de Peggyville.

Au sujet du projet architectural.
Un architecte français de Paris, Mr Lacoste, travaille pour notre projet haïtien. (Il suit actuellement, entre autres, la mise en œuvre d’un ensemble, conçu par son cabinet, comportant un sanctuaire et deux couvents, en Jordanie, au lieu même du baptême du Christ par Jean.) Il a déjà fourni des esquisses pour notre couvent de formation situé sur les hauts de Port au Prince.  
Vous en trouverez quelques éléments dans la rubrique : ‘Haïti : Un toit pour des prêcheurs’. Le Couvent Saint Dominique de Peggyville, près de Port au Prince.
Nous mettrons régulièrement à jour ce site afin de vous tenir informés de l’avancement du projet.

Fr. Yves-Henri Rivière o.p.
Supérieur de la maison saint Dominique

Photo: De gauche à droite: Sr Liliane-Thérèse, Fr Igance Berthot, Fr Charles Mose, Sr Marie-Monique, prieure provinciale des Sœurs de St Joseph de Cluny, Fr Yves-Henri Rivière, Fr Manuel Rivero, Sr Élisabeth (indienne) et Sr Marie-Lucie.

Mis à jour ( Jeudi, 28 Mai 2009 01:18 )